La boulimie, plus fort que la volonté

L 'expérience m'a montré que pour aider une personne à se débarrasser d'une addiction alimentaire, il faut d'abord qu'elle fasse le point sur son identité et sur la gestion de sa vie relationnelle affective plutôt que de chercher à contrôler le comportement alimentaire.

Cela n'exclut pas la nécessité d'une approche médicale nutritionnelle par périodes, lorsque la vie est en danger parce que le poids tombe trop bas ou grimpe trop vite. De même qu'il peut être intéressant d'avoir un suivi mensuel psychiatrique lorsque les  humeurs sont trop en dents de scie et font souffrir autant la personne que son entourage. Des études récentes ont montré qu'il suffit parfois d'un quart ou une demi dose d'anti-dépresseur inhibant la recapture de la sérotonine pour supprimer l'irritabilité, les disques rayés, un fond de tristesse constant...

En apparence, souvent on ne voit rien. De la jolie jeune fille à qui tout semble sourire à la femme de cinquante ans, brillante chef d’entreprise, en passant souvent même par des célébrités qui semblent flirter avec les étoiles, jusqu’à celles qui se négligent et ne peuvent plus aller à l’école ou au travail, les personnes boulimiques peuvent être très différentes les unes des autres. Mais on observe des caractéristiques communes : une intelligence et une créativité souvent au dessus de la moyenne et une tendance aux humeurs extrêmes qui peuvent ne pas se manifester lorsque la boulimie est suffisante pour les refouler.

Mais qu'elles soient extraverties ou pas, elles ont des schémas mentaux communs, ne serait-ce que l'obsession de la nourriture qui ne les lâche jamais et l'impression de regarder défiler leur vie sans être vraiment dedans. L'intelligence et la créativité sont souvent au dessus de la moyenne mais les humeurs et les émotions basculeraient dans les extrêmes en très peu de temps si la boulimie n'était pas là pour calmer le jeu.

Quel est cet enfermement mental, cette contrainte qui pousse à manger, à organiser toute leur vie, autour de la nourriture et de la peur de grossir ?

Même si chaque être humain est unique, avec une histoire et des caractéristiques qui lui sont propres, je rencontre assez souvent des schémas psychologiques et relationnels communs qui se manifestent dans la vie relationnelle affective sous trois formes différentes : l'évitement, l'agressivité, le besoin pathologique de la présence de l'autre.

Quant aux types de personnalité, les deux plus fréquents sont quasi opposés : certaines personnes sont totalement extraverties tandis que d'autres sont étonnamment réservées.

A - Les personnes qui ne parviennent pas à s’affirmer parce qu’elles ont trop peur du rejet de l’autre

Elles sont effacées, n’osent pas s’exprimer, ont la crainte d’être abandonnées. Sur le plan émotionnel, elles sont capables d’éprouver de la colère, mais le plus souvent sans la montrer directement.

UN PETIT FILM D'ANIMATION

Journée d'une boulimique

journee-animation

J'ai dessiné et co-créé le scénario de cette animation avec Eric Sebbag pour montrer que la boulimie anorexie est avant tout l’enfermement dans une obsession qui démarre le matin pour ne s’arrêter qu’avec le sommeil. (Et encore pas toujours: ceux qui sont dans le contrôle alimentaire rêvent souvent qu’ils font des boulimies et se réveillent en sursaut avec la culpabilité d’avoir « craqué ».) Les gens me citent souvent cette animation quand ils viennent me voir. Elle leur parle beaucoup et ils s’y reconnaissent totalement en elle.

Quand elles ont envie de quelque chose elles s’en privent en se disant « il (ou elle) ne comprendrait pas », « ça pourrait le blesser », « je ne veux pas lui faire du mal ». De ce fait, dans leur vie quotidienne, elles boudent beaucoup quand les choses ne tournent pas dans le sens qu’elles souhaitent.

Dans les groupes ces personnes parlent peu, restent souvent en retrait. L’objectif pour elles tout au long de la thérapie sera d’acquérir de l’estime d’elles-mêmes et de réussir à formuler avec authenticité, sans crainte et avec aisance, ce qu’elles auront besoin d’exprimer.

B - Les personnes qui semblent n’avoir peur de rien et s’expriment sans réserve.

A la différence des précédentes, celles-ci s’affirment brutalement, tout au moins en apparence. Dans les groupes, certaines font l’admiration des autres par leur courage et leur authenticité. Mais parfois, sous l’apparence de l’authenticité se cache de l’intellectualisation, de la contestation systématique, de la rancœur quand les choses ne tournent pas comme elles le souhaitent. Dans leur vie quotidienne elles sont capables de détruire en cinq minutes une relation affective (mariage, famille) qui durait depuis des années. Elles sont aussi capables de s’enflammer en une demi seconde pour quelqu’un et de s’auto-détruire quand il se détourne. A leur sujet les psychiatres ne parlent pas d’état dépressif mais de « dépressivité ». Elles basculent souvent dans l’ennui qui est pour elles une sensation insupportable, à la limite de la dislocation, de la suffocation.

Ces deux types de personnalités s'apportent beaucoup l'une l'autre dans un groupe de thérapie. Les personnes réservées profitent du climat émotionnel intense créé par celles qui montent dans les extrêmes, et inversement, celles qui ne connaissent que la brutalité et la violence des sentiments trouvent dans celles qui restent en retrait et et qui ont une vraie douceur un modèle de sensualité.


Comment, concrètement, en pratique.

Ce n’est pas une écoute inconditionnelle où vous pourrez vous répéter à l’infini. Dans le groupe de thérapie dont le cadre est basé sur l’authenticité (qui n’empêche pas la bienveillance) on est tout de suite confronté non plus à ce qu’on pense mais à ce que l’on ressent.

Comment ?


Comment la boulimie disparaît

pratique   

Concrètement


Comment ça se passe

En pratique


Les différentes formules thérapeutiques


Contact & renseignements

Lundi au vendredi 8:00 à 20 heures
Secrétariat, tel: 01 70 58 38 37 ou la page Contact & renseignements
173, rue Saint Martin 75003 PARIS - France - ( Plan d'accès )